Désastre au logis

Bon, ok, en ce moment j’ai pas le temps de croquer l’actu comme je le voudrais. N’empêche que je vous ai pondu il y a quelques mois un dessin qui se révèle aujourd’hui étonnamment prémonitoire…

Ah ah ! Comme je suis trop fort (et trop modeste) ! C’est décidé : j’arrête tout et je monte un cabinet de voyance.

Publicités

A propos L'amiral

Dessinateur de presse. Ex Le Plus de l'Obs. Dessine actuellement pour Pleine Vie. Caricaturiste tout terrain (fêtes, festivals, mariages, anniversaires, comités d'entreprise, séminaires, conférences...)
Cet article, publié dans L'actu me les brise (menu), est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

23 commentaires pour Désastre au logis

  1. Trucmuch dit :

    « (Je) fais des allergies aux « pipêles »

    C’est ça oui…

  2. Trucmuch dit :

    Tiens, encore quelqu’un qui essaie de faire passer ses contradictions par une petite pirouette rhétorique… 😉 😉 😉

    • L'amiral dit :

      ??? AHAHAHAHAHAH ! Alors toi, je t’aime ! Tu as tout compris : j’adore faire des pirouettes en me grattant. Tu devrais essayer, ça détend.
      Allez, bisous, câlins.

  3. arc-en-ciel dit :

    Félicitation, tu a même réussit a trouver la raison de leur rupture ;o)
    On prend rdv pour une consultation de voyance lol !

  4. Trucmuch dit :

    Vous pouvez pousser tous les grands rires virtuels tonitruants qu’il vous plaira, me donner tous les conseils condescendants destinés à soigner la crispation, voire la constipation, dont je serais atteint, me tapoter la joue paternellement en me susurrant des mots d’amour hypocrites et même me tirer l’oreille ou me pincer le cul nonchalamment pour appuyer votre effet, il n’empêche que vous faites bel et bien de l’humour people, en référence à des événements people.
    Ce qui témoigne d’un intérêt particulier pour ce domaine, son décorum et ses acteurs.
    Il n’y a rien de mal à ça, des millions de personnes se sentent concernées par la couleur du caca de Johnny, ou les dernières déclarations de petites dindes du show-biz et même si personnellement je trouve ces sujets d’un ennui infini et d’une grande banalité, je me dis qu’après tout ce sont leurs affaires.
    Je ne fais là pas le procès du people, je m’en fous.
    Ce qui me dérange un peu dans votre attitude, c’est que vous vous présentez comme quelqu’un d’allergique aux people (voir votre texte dans l’encadré vous décrivant) alors que vous puisez (très) régulièrement dans les infos people pour trouver les sujets de vos dessins.
    Si vous lisez cette presse de merde, c’est bien qu’elle vous intéresse, alors pourquoi ne pas assumer au lieu de prétendre être ce que vous n’êtes pas ?
    Vous trichez.
    Il n’y a pas mort d’homme, mais vous trichez quand même, point barre.

    • L'amiral dit :

      Ton sens de l’humour et du second degré est renversant. Point barre.
      Bisou sur l’oeil gauche quand même, na !

  5. Thomas Chain dit :

    Il est mignon ton troll, amiral. Y en a vraiment qui n’ont que ça à foutre.

    • L'amiral dit :

      Mignon, en effet. Je le trouve très « piptroll ».
      Tu sais, je m’en tiens à ce que disait Guitry : « Il me plaît assez de déplaire à ceux qui ont le mauvais goût de ne pas m’aimer. »

  6. Trucmuch dit :

    J’étais sûr et certain que vous alliez brandir l’étendard du second degré pour justifier vos contradictions. C’est généralement l’argument passe-partout du blogueur moyen qui se trouve pris la main dans le sac.

    Dans l’agence où je travaille, nous (concepteurs ou dessinateurs) manipulons quotidiennement les seconds, troisièmes et dixièmes degrés, si si, je vous assure, et je vous garantis que votre communication n’est pas claire. J’ai envoyé le lien de ce site à quelques collègues qui m’ont confirmé mes impressions : vous utilisez des sujets racoleurs et faciles sans jamais les assumer, tout en prenant la posture, généralement répandue, du type qui vomit sur la culture TF1/people/télé-réalité mais qui la consomme régulièrement pour (soi-disant) « se marrer ».
    Là où il pourrait y avoir un petit fond critique dans vos dessins, on sent un propos très flou, inoffensif, et finalement extrêmement consensuel.

    Prenons l’exemple de cette scène de ménage entre une star du foot et son épouse top-modèle : de quoi parlez-vous exactement ? De la mise en parallèle de leurs activités caritatives respectives via une supposée compétition entre eux : oui, et alors ? Vous n’allez pas plus loin que l’anecdote, vous ne pointez pas la connivence entre le monde des « stars » et le »charity-business », les engagements opportunistes des uns et les calculs médiatiques des autres. On parle quand même là d’un footballeur millionnaire et d’une mannequin qui n’a d’autre mérite dans la vie que d’avoir su monnayer et médiatiser sa plastique avantageuse. En mettant en scène cette scène de ménage, de la manière dont vous le faites, vous faites complètement la promotion de ceux que vous faites semblant de griffer : vous les rendez proches et attachants.
    Vous avez fait le choix de ce sujet parmi les innombrables événements dont l’actualité regorge, et vous enfoncez le clou en ressortant de vos cartons votre dessin pour souligner un fait d’actualité complètement insignifiant : ce couple se sépare. Oui, et alors ????
    Vous ne voulez jamais vous mouiller, vous ne prenez jamais un parti très clair, votre angle d’attaque est flou, et si vous montrez les crocs parfois, c’est que l’opinion générale et la presse professionnelle l’ont déjà fait avant vous, vous ne prenez aucun risque, jamais.

    Vous semblez vous assoir sur la réflexion et l’analyse (vous ne m’avez pas répondu une seule fois sérieusement), au profit d’un supposé sens de l’humour et d’un second degré qui seraient les clés magiques d’une extrême cool-attitude.
    Comme si réflexion et déconnage devaient immanquablement s’opposer : vous vous êtes construit une définition non seulement simpliste et fausse de l’activité de dessinateur humoristique, mais surtout très handicapante si vous aviez l’intention de progresser et d’en faire un jour un métier. Si je souligne cet aspect, c’est que votre dessin n’étant pas encore au point, vous ne pouvez compter que sur la pertinence et l’impact de l’idée pour rattraper le coup. Or, c’est loin d’être le cas.

    C’est le gros problème de tous ces blogs où l’on écoute davantage l’avis très lol d’Arc-en-ciel, qui nous caresse bien dans le sens du poil, plutôt que des types qui vont commenter avec un peu plus de franchise.

    Mais de la franchise je suis passé à la brutalité parce que votre petit ton d’imbécile heureux nonchalant m’a agacé, je l’avoue.
    Je vais donc vous laisser en tête à tête avec votre nombril et passer mon chemin en vous laissant l’indispensable dernier mot, sous la forme, j’imagine, d’un bon gros calembour bien ringard, d’un énième tapotage de joue paternaliste à grand renfort de tutoiement, à moins que vous ne préfériez conclure par un bon MOUAHAHAHA auto-persuasif avec plein de petits points d’exclamation.
    N’oubliez pas les smileys surtout.

    • L'amiral dit :

      Bien.
      Vous voulez du vouvoiement, je suis bon prince, je vais vous en donner.

      Oui je me moque de tout, et donc de vous, un peu, mais si mon « petit ton d’imbécile heureux nonchalant » vous a irrité, moi c’est la taille du balai qui orne votre fondement qui m’y pousse avec, je le confesse, un certain plaisir.
      Ah ! Que ne m’avez-vous dit ce que vous faisiez avant, mon très cher ami, cela m’aurait évité la peine de vous imaginer comme quelqu’un de fréquentable. 😉 😉 😉

      Vous semblez outré par mes réponses (je pouffe), mais vous ai-je pour autant censuré ? Non. Vous ne me connaissez pas, vous extirpez de fades généralités de mon travail pour m’attaquer personnellement (c’est le problème tristement classique des commentateurs de votre accabit) et déballez ici vos aigreurs, l’index bien dressé, avec le sérieux laxatif d’un critique d’art content de lui. Franchement, amour, que voulez-vous que cela provoque chez moi à part de l’ironie ?
      Si vous voulez vous couvrir de ridicule, libre à vous. Car mes lecteurs apprécieront sans nul doute votre hauteur de vue et votre largeur d’esprit.

      Mais je note avec un certain plaisir que vous tenez à moi. Oui, vous m’aimez presque. Mon avenir vous est cher et rien que pour cela, je vous serre sur mon coeur. Hélas, vous me voyez contraint de vous décevoir alors même que notre amour n’est pas consommé : je n’ai jamais dit que je voulais en faire mon métier. J’en ai déjà un, et il me convient parfaitement. Je dessine avant tout pour mon plaisir (ce mot-là vous est-il familier ?). Il se trouve que d’admirables personnes au goût certain aiment mon travail, m’invitent à des festivals et que même, régulièrement, j’en gagne quelque argent. Parce que je dessine pour me faire un max de fric aussi, faut pas déconner, mais ça, je sais que vous l’aviez déjà deviné. Que cela vous plaise ou non m’en touche une sans faire bouger l’autre.

      Vous me faîtes également l’honneur du même procès ridicule et ennuyeux que celui qui est fait de temps en temps à Vidberg. Certaines personnes s’imaginent en effet que le dessin de Presse est forcément engagé, polémique, voire agressif. Je soutiens le contraire (et ne suis pas le seul parmi mes confrères). Je soutiens même qu’il est plus difficile de pratiquer un humour fin et léger que de taper systématiquement sur tout ce qui bouge, avec la satisfaction béate de celui qui croit avoir tout compris.
      Il en faut pour tous les goûts, ne vous en déplaise, vous qui paraissez si persuadé de détenir en la matière la vérité absolue.
      Effectivement, je ne suis pas méchant, et ne cherche pas à l’être. Ah, merde, je sens que je vous déçois encore !
      Je n’insulte pas non plus mes lecteurs – surtout s’ils me témoignent quelque affection – et je ne me gausse que de ceux qui viennent me chatouiller le menton en disant « gouzi-gouzi », parce que j’aime leur réaction de divas contrariées. Cela me distrait.

      Enfin, mon Très Cher, je tiens à vous rassurer : mon nombril se porte à merveille, merci de vous en soucier, je vous adore, mais je crois qu’il va finir par être jaloux du vôtre.

      Mon bon Trucmuch, je vous embrasse tendrement une fois encore, et cette fois-ci, pour vous prouver à quel point je tiens à vous, j’y mets la langue.

  7. Trucmuch dit :

    Oulà, je me dois de répondre à de tels épanchements.
    Vous n’avez, hélas, que de pauvres effets de manches à m’opposer en guise d’arguments, du style, c’est tout. Vous ne vous aventurez pas sur le terrain de la contradiction relevée par mon premier commentaire. Le summum étant atteint par cette citation ridicule de Guitry que l’on vous imagine déclamer le menton tremblotant devant la glace de votre salle de bain. Là, j’avoue que j’ai bien ri !
    Allons, réveillez-vous, quand on voit les travaux que vous osez mettre en ligne, mal fagotés, au trait incertain, aux couleurs vulgaires, on évite de prendre de telles références et de péter plus haut que son cul. Et puis ce ton de monarque (« ça me distrait ») vous va très mal, vous n’avez pas la carrure pour ça , votre travail parle de lui-même : vous êtes fuyant et tentez vainement de maquiller ce qui semble être une lâcheté naturelle en finesse d’esprit.
    « Finesse d’esprit » dites-vous ?
    Je cherche toujours la finesse d’esprit dans le médiocre dessin de cette note (Karembeu et Adriana se crêpant le chignon). Et je ne la trouve toujours pas. Dommage.
    Je ne vous ai donné aucune définition de ce que doit être ou pas Le Dessin de Presse avec Plein de Majuscules Partout, j’ai souligné le fait que vos dessins étaient dépourvus de pertinence et d’originalité (pour faire court).
    Si ça heurte votre mythomanie, je n’y peux rien.

    « pour vous prouver à quel point je tiens à vous, j’y mets la langue. »

    Pour plus de frissons, vous pourrez également imprimer votre réponse sur sur un papier au grammage particulièrement élevé, disons 250 g/m2, l’enrouler de manière à former un tube et vous le coller fermement dans le fion.
    Sensations garanties.

    • L'amiral dit :

      Il m’a répondu le bougre ! Et avec quel talent ! Quelle plume ! Quelle faconde ! Quelle profondeur ! Je suis définitivement amoureux. Cependant, je vous conseille de soigner vos nerfs, mon p’tit chou. A trop les perdre ainsi, vous ne vivrez pas vieux, et sincèrement j’en concevrai une certaine tristesse. Arrêtez aussi le dixième degré, c’est mauvais pour ce que vous avez.
      Bon, c’est pas tout ça, mais ça me donne envie de dessiner un peu plus. Allez, hop, hop, hop…

  8. Bartik dit :

    C’est effarant de voir des gens perdre leur temps juste à essayer d’énerver les autres: pour ma part j’aurais viré son commentaire sans y répondre: mais il est vrai que je ne suis pas pour la libre expression des cons. Quand on n’aime pas on va ailleurs et on ferme sa gueule, le monde du web est assez grand!

  9. sergai dit :

    Si les pipoles en ploient, ils restent contagieux!^^

  10. Clochette dit :

    C’est qu’y’a d’l’animation par ici !

  11. Marina dit :

    Ben va falloir t’appeler Madame Soleil ! Purée, si ça se trouve t’as un don.
    Et pour la fin du monde, tu prévois 2012 toi aussi ou plus vraissemblablement la fin de la semaine…
    Bisou, avant que ça saute!

  12. La Chose dit :

    Ah, mon grand, comme je t’envie! Tu t’es pêché le troll le plus bandant qu’il m’ait été donné de voir depuis des années (je ne compte pas Xena la Guerrière et sa tribu d’Amazones sur mon ancien blog, elles étaient hors concours). Par contre, tu ne m’en voudras pas, je n’ai pas réussi à me fader l’intégralité de sa prose, les gens qui s’écoutent et qui triquent sur leurs bons mots, ça me fait un peu l’effet d’une double dose de xanax…Tu me feras un résumé autour d’une petite mousse bien fraîche, ok?

  13. troud dit :

    Purée, moi il m’a fait rigoler la bouche ton dessin, mais devant les commentaires fleuves entre toi et ce trucmôche, mais ça a un peu cassé mon élan, d’ailleurs j’ai même pas tout lu tellement ça m’a découragé…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s