Tournée née

Ils sont toujours un peu pénibles, ces films français pas assez mauvais pour qu’on hurle à la botte de navets, mais pas assez bons non plus pour qu’on se répande en abondants superlatifs.
Tel est Tournée, le film de Mathieu Amalric.

L’histoire tient sur une carte de visite : un ancien producteur de télévision, tombé en disgrâce, revient en France et tente de se relancer en faisant tourner un spectacle de strip-teaseuses importé d’Amérique.
Autant vous le dire tout de suite, il n’a pas choisi une chorale de nonnes, hein, alors du nichon, on en voit. Mais plus encore que les vêtements qui s’effeuillent, plus que la chair largement exposée, ce sont l’âme et la personnalité de chacune de ces femmes qui sont mises à nu. Le talent d’Amalric est d’avoir composé une troupe de femmes très belles, quand bien même leur physique ne correspond pas toujours aux canons de la beauté.

On suit également la dérive professionnelle et personnelle du producteur, de petites salles de province en hôtels plus ou moins accueillants. Mathieu Amalric est bon devant et derrière la caméra, même si l’on peut sans doute lui reprocher de forcer un tantinet la note dans le registre has-been-paumé-à-clope-et-cheveux-gras. La désagréable petite moustache qu’il arbore lui donne un vague air de ressemblance avec le personnage qu’interprétait Jean Rochefort dans Tandem. Je n’ai d’ailleurs pu m’empêcher, à plusieurs reprises, de trouver des similitudes entre les deux films.

Pour le reste, Tournée est un film attachant sans être inoubliable. Les filles sont chouettes et à poil. Leurs numéros sont beaux et au poil.
Et c’est bien cela le plus important.

(Oh my gode !)

Publicités

A propos L'amiral

Dessinateur de presse. Ex Le Plus de l'Obs. Dessine actuellement pour Pleine Vie. Caricaturiste tout terrain (fêtes, festivals, mariages, anniversaires, comités d'entreprise, séminaires, conférences...)
Cet article, publié dans Tu aimes les glaces canard ?, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.